Amsterdam : pourquoi le Quartier rouge est menacé de disparition

par Destination(s) Europe
Amsterdam Quartier rouge

Elles font l’étonnement, la joie ou le dégoût des touristes, mais sont connues dans le monde entier. Les vitrines du Quartier rouge d’Amsterdam, où se déhanchent tous les soirs (et parfois les jours), des centaines de prostituées, pourraient bientôt déménager dans une autre partie de la ville. C’est en tout cas ce que propose la nouvelle maire de la capitale néerlandaise, élue en 2018, qui a promis de s’attaquer au désordre dans ce lieu emblématique de la « Venise du Nord ». Ce qui équivaudrait à la fin du Quartier rouge d’Amsterdam tel qu’on le connaît.

Lire aussi : 10 idées de destinations pas chères en Europe

Un déménagement que refusent tout net les travailleuses du sexe, pour qui le passage de près de 18 millions de touristes dans l’année est gage d’une rémunération qu’un déplacement ailleurs ne pourra compenser.

Le déménagement des maisons closes dans un autre lieu de la capitale n’est en revanche pas le seul scénario soumis par la maire écologiste Femke Halsema. Il a aussi été proposé que les bordels demeurent dans le Quartier rouge, mais que les rideaux des vitrines soient baissés. Un autre scénario, complètement différent, propose au contraire l’ouverture de plus de vitrines pour endiguer le travail illégal des prostituées, précise l’AFP.

Les habitants du quartier, eux, sont surtout inquiets des troubles que cause la déambulation en masse de touristes, souvent jeunes et festifs, au bas de leurs fenêtres. Il faut dire que le Quartier rouge d’Amsterdam est en proie à une hausse de la criminalité et que les nuits sont de plus en plus agitées pour les riverains en raison du bruit incessant des fêtards.

La polémique pourrait néanmoins rapidement connaître son épilogue. Une réponse du conseil municipal d’Amsterdam aux propositions de son premier édile est attendue pour le mois de septembre.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire