Italie : pourquoi la plage de Rosignano Solvay paraît-elle si paradisiaque ?

par Destination(s) Europe
solvay rosignano bleue

Sur Instagram, vous n’avez pas pu la manquer. La plage italienne paradisiaque de Rosignano Solvay et son eau turquoise s’affichent sur des milliers de posts. Et nombreux sont les internautes à s’extasier devant ce banc de sable de 4 kilomètres, qui rappelle plus les Caraïbes que la Toscane – où pourtant elle se trouve.

Lire aussi : Où déguster les meilleures glaces à Florence

Un bleu pas très naturel

Son secret ? Le bicarbonate de soude. Oui, dit comme ça, ça brise un peu le rêve. Et pourtant : la plage de Rosignano Solvay doit son nom à l’usine chimique, située tout à côté et responsable de ce phénomène inédit.

C’est en 1912 que la ville de Rosignano voit l’usine Solvay s’installer sur son territoire. Le fondateur du groupe qui compte aujourd’hui près de 25 000 salariés, Ernest Solvay, jette son dévolu sur cette commune car elle présente deux atouts : une gare ferroviaire et des carrières, notamment de sel. Rapidement des habitations se construisent autour. L’usine devient une institution dans la région, pourvoyeuse d’emplois.

Trop beau pour être sain ?

Mais revenons à notre sujet. Ce bleu turquoise n’a donc rien de naturel. Ce qui sort de l’usine Solvay dans la mer, ce sont que « de la poudre de calcaire et du plâtre », assure à l’AFP le directeur industriel du groupe. Et c’est la réverbération de la lumière qui rendrait cette eau si bleue.

Pour la mairie, comme pour l’Arpat, l’agence régionale de protection de l’environnement, rien de nocif pour la santé. La baignade est donc autorisée. Pas de quoi convaincre néanmoins certains habitants de la région qui continuent d’affirmer que la plage est une sorte de « décharge » pour Solvay.

Pas si paradisiaque

Les fausses plages paradisiaques, fruits de rejets chimiques, nourrissent beaucoup de comptes Instagram de par le monde. Reste que toutes ne sont pas sans danger comme la plage de Rosignano-Solvay.

En Russie par exemple, les « Maldives de Novosibirsk», un lac artificiel qui fait le bonheur de nombre d’influenceuses, sont en fait une immense décharge à ciel ouvert pour la centrale électrique voisine. Et son bleu turquoise est dû aux rejets d’oxydes métalliques et de chlore de calcium. Mais l’affluence est telle que les autorités locales ont dû réagir en déconseillant la baignade. (Photo : F Ceragioli  / CC)

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire