Brexit : ce qui va changer pour voyager au Royaume-Uni

par Destination(s) Europe

Quatre ans et demi de négociations… Et pour finir, un accord trouvé in extremis. Jeudi 24 décembre 2020, comme un cadeau de Noël avant l’heure, l’Union européenne et le Royaume-Uni ont annoncé être enfin tombés d’accord sur leurs futures relations commerciales, évitant le “no deal” tant redouté à la fin de la période de transition.

Tout cela est bien beau, nous direz-vous, mais qu’est-ce que cela va changer pour les touristes qui veulent, par exemple, passer un simple week-end à Londres ? Voyons un peu cela dans le détail.

Un passeport obligatoire, mais pas de visa

Avec le Brexit, la libre circulation entre l’Union européenne et le Royaume-Uni, c’est terminé ! Mais tout ne sera pas brutal. Jusqu’au 30 septembre 2021 inclus, les voyageurs européens pourront toujours entrer sur le territoire britannique munis d’une simple carte d’identité. En revanche, à compter du 1er octobre, la présentation d’un passeport sera obligatoire, quel que soit le sens de voyage.

Bonne nouvelle (mais on n’en attendait pas moins) : il ne sera pas demandé de visa aux Européens pour visiter Londres ou les autres régions du Royaume-Uni. Du moins pour tout séjour considéré comme “court”, c’est-à-dire de moins de trois mois. Il en sera de même pour les brefs voyages d’affaires. Et a priori, les autorités britanniques ne devraient pas tamponner à chaque passage les précieux documents.

Manchester en un jour. Si vous comptez visiter cette belle cité du nord de l’Angleterre, nous avons un itinéraire pour vous.

Pas (trop) d’attente aux frontières

Avec le divorce entre l’UE et le Royaume-Uni, faut-il s’attendre à devoir faire preuve de plus de patience aux frontières, notamment à la gare du Nord à Paris, l’une des portes d’entrée vers le territoire britannique avec l’Eurostar ? A priori, là aussi, non.

En effet, le système Parafe, pour  “passage automatisé rapide des frontières extérieures”, reste en vigueur dans de nombreux points d’entrée de part et d’autre de la Manche (aéroport CDG, gare St Pancras, gare du Nord…). Par ailleurs, ce système, réservé normalement aux seuls Européens, devrait être étendu aux Britanniques, en dépit du Brexit.

Attention toutefois : des contrôles aléatoires pourront avoir lieu, rallongeant par là-même les formalités de voyage.

Quid de la prise en charge en cas d’hospitalisation ?

Epineuse question que celle de la couverture des frais médicaux en cas d’hospitalisation au Royaume-Uni. Les autorités françaises, par exemple, ont été claires, bien avant l’accord : “Qu’il y ait ou non un accord sur la relation future, les français non-résidents qui voyagent au Royaume-Uni après le 31 décembre 2020 ne bénéficieront plus des facilités liées à la coordination des systèmes de sécurité sociale européens. Leur carte européenne d’assurance maladie ne sera plus reconnue au Royaume-Uni.”

Hormis nouvelle négociation, il faudra souscrire à une assurance privée pour voyager outre-Manche.

Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous pour recevoir les prochains.

Un permis international obligatoire ?

A l’heure d’écrire ces lignes, c’est encore un peu le flou sur ce sujet. Selon le site officiel mis en place par la France concernant le Brexit, il sera toujours possible de conduire au Royaume-Uni, temporairement, avec un permis français. Il faudra néanmoins que celui-ci soit accompagné d’une traduction anglaise.

Mais rapidement, un permis de conduire international devrait être exigé.

Note importante : les questions d’assurance ou de permis de conduire pourraient faire l’objet d’une négociation ultérieure, rendant la circulation des Européens et des Britanniques plus fluide.

5 commentaires

isalarere 28 décembre 2020 - 10 10 03 120312

« Jusqu’au 30 décembre 2021 inclus ».. vous voulez dire jusqu’au 30 septembre?

Répondre
Destination(s) Europe 28 décembre 2020 - 10 10 05 120512

Oups en effet. Trop de champagne sans doute 😁. Merci de votre vigilance

Répondre
isalarere 30 décembre 2020 - 18 06 39 123912

Hehe pas de soucis!

Répondre

Laisser un commentaire