Skier à Noël : ces pays qui disent oui, et ceux qui disent non

par La rédaction
Publié le Mis à jour le

Fermé, pas fermé ? Avec ou sans remontées mécaniques ? Les vacances de Noël 2020 dans les stations de ski européennes virent au casse-tête en raison de la deuxième vague de coronavirus qui frappe le continent. Pour les gouvernements, le dilemme est épineux : priver leurs citoyens de vacances bien méritées sur les pistes, après une année compliquée, ou prendre le risque de voir des clusters se multiplier au sommet des montagnes. France, Autriche, Italie, Allemagne… On fait le point sur les endroits en Europe où vous pourrez skier pour les vacances de Noël.

Vous aimez le ski ? Voici cinq stations en Europe dont vous allez adorer dévaler les pistes.

❌ En France, un accès limité et pas de remontées mécaniques

Le Premier ministre l’a annoncé, sous les railleries des internautes : en France, les stations de ski seront ouvertes pour Noël mais les remontées mécaniques devront rester fermées. Une annonce qui a provoqué l’ire de nombreux élus des localités concernées. Le ski alpin est donc hors-jeu, ce qui n’empêche pas, néanmoins, la pratique du ski de fond, les balades en raquettes ou en traîneaux (d’ailleurs, si vous voulez un bon site pour anticiper les conditions de ski, c’est par ici).

S’il n’est pas possible de faire du ski (attendez “classique”), les annulations seront “gigantesques”, a prévenu le président de Domaines skiables de France. Car que faire, en plus, si les bars et restaurants de montagne sont fermés – ils le sont au moins jusqu’au 20 janvier ?

❌ En Allemagne, des stations de ski fermées

C’est la position la plus radicale adoptée en Europe. La Bavière, le land le plus concerné par l’activité, a tout bonnement fermé ses stations de ski pour les vacances de fin d’année, pourtant sacrées dans le pays. “Il convient d’éviter tous les déplacements professionnels et privés non essentiels, en particulier les déplacements touristiques, y compris les déplacements à l’étranger en vue de la saison de ski”, stipule ainsi texte négocié par la chancelière Angela Merkel et les seize régions allemandes.

Ainsi, gare à ceux qui envisageraient de se rendre en Autriche voisine pour jouir de stations, elles, ouvertes : ils devraient se soumettre à une quarantaine de dix jours à leur retour, quelle que soit la durée de leur escapade. D’ailleurs, l’Allemagne pousse pour que l’interdiction qu’elle impose chez elle soit élargie à toute l’Union européenne, et ce jusqu’au 10 janvier.

✅ En Autriche, le ski oui, la fête non

L’Autriche n’a pas attendu les débats européens pour se positionner. Dès la fin septembre, le chancelier Sebastian Kurz annonçait que les stations en Autriche seraient bien ouvertes pour la saisons 2020/2021, ce qui comprend donc les vacances de Noël. Mais à une différence près, par rapport aux autres années : les fêtes en bas des pistes, très populaires, seront interdites.

L’Autriche est la première destination pour skier en Europe et le pays est parmi les plus dépendants de ce tourisme. Se passer de ski pour les fêtes de fin d’année est impensable pour les autorités.

En Suisse, des piste grandes ouvertes

Le pays n’étant pas dans l’Union européenne, la Suisse s’épargne de longs débats avec ses voisins : ses stations de ski seront grandes ouvertes pour les vacances de Noël avec, bien sûr, des mesures sanitaires renforcées.

Ainsi à Verbier, par exemple, la saison a pu démarrer presque comme si de rien n’était, à la fin du mois de novembre, relate la chaîne LCI. Evidemment, ces ouvertures déplaisent beaucoup du côté français des Alpes.

Attention : le président Emmanuel Macron a promis des contrôles renforcés aux frontières, afin de dissuader les Français de se rendre dans les stations de ski à l’étranger, notamment en Suisse.

❌ L’Italie penche pour le non

A l’heure d”écrire ses lignes, les deux pays n’ont pas pris de position claire. Le président du Conseil italien a néanmoins déclaré qu’il n’était “pas possible de permettre des vacances à la neige, nous ne pouvons pas nous le permettre”. Les régions montagneuses comme le Piémont ou la Lombardie sont en zone rouge pour ce qui est de la propagation de l’épidémie. Il n’est déjà pas permis de circuler entre les communes sans bonne raison, alors pour skier, ça ne sent pas très bon.

❌ L’Espagne limite l’accès aux stations, pas de ski en Andorre

Côté espagnol, malgré une deuxième vague toujours meurtrière, les stations de ski ont prévu d’ouvrir comme prévu. Mais selon un accord trouvé entre le gouvernement et les régions, il ne sera pas possible de se rendre en Catalogne et en Aragon pour seul motif d’aller y faire du ski. Seuls les regroupements familiaux seront autorisés pour Noël.

Dans la principauté pyrénéenne d’Andorre, les trois stations (Ordino-Arcalis, Grandvalira et Pal-Arinsal) seront elles toutes fermées. L’ouverture est reportée à janvier, malgré les énormes pertes que ce report engendrera pour le micro-Etat.

✅ La Bulgarie ouvre ses stations en dépit de mauvais chiffres

La Bulgarie, qui a tardé à mettre en place des mesures de restriction face à une deuxième vague particulièrement virulente dans le pays (+ de 800 morts en une semaine fin novembre), ne compte pas interdir aux skieurs bulgares et du reste de l’Europe de venir dévaler ses pistes. Les stations seront donc ouverte pour Noël.

C’est ainsi le cas pour la célèbre station “low-cost” de Bansko a déjà ouvert ses portes.

Alors pourquoi ne pas avoir une réponse coordonnée à l’échelle du continent ? Parce que les ouvertures ou fermetures de stations de ski ne font pas partie des prérogatives de l’UE, rétorque la Commission européenne.

Vous aimerez aussi

Laisser un commentaire